Case Study

Maison des religions à Berne

Architect
Bauart Architekten und Planer AG, 3008 Berne
Project manager
Halter AG | Entwicklungen, 8005 Zürich
Client
Verein Haus der Religionen – Dialog der Kulturen, 3006 Bern
Localisation

Europaplatz 1 Bern 3008 Suisse

Au cœur du Centre multifonctionnel « Place de l’Europe », les alévis, les bouddhistes, les chrétiens, les hindous et les musulmans trouveront un lieu de dialogue commun dans la Maison des religions. Saint-Gobain ISOVER SA a aussi participé à la mise en œuvre de ce projet unique au monde. Visite de chantier avant l’ouverture.

Dans la ville fédérale, on a parlé du deuxième miracle de Berne lorsque le financement de la Maison des religions, un projet unique au monde, a été assuré en 2011. Beaucoup ne comptaient plus sur la concrétisation de l’idée vieille de 15 ans de créer un centre interreligieux d’éducation, de culture et de prière. « La ténacité des responsables, le soutien de nombreux donateurs individuels et un don inespéré en millions de francs nous ont finalement permis d’aboutir », explique le directeur David Leutwyler. « La patience et les années de travail de développement et de mise en réseau ont fini par payer. » D’autres garanties financières ont suivi, et la mise en œuvre d’un projet global, économique et prometteur, de l'entreprise de promotion immobilière Halter AG a pu commencer en 2012. « Désormais, nous attendons avec impatience l’emménagement et l’ouverture officielle », se réjouit David Leutwyler

Pas de naïveté, de la diversité

En plus d’un espace de dialogue, dont David Leutwyler et son équipe sont responsables des contenus, les deux étages de la Maison des religions abritent des lieux de culte pour les alévis, les bouddhistes, les chrétiens, les hindous et les musulmans. Les bahá’ís, les juifs et les sikhs seront aussi bien représentés. « Il nous appartient à tous de faire vivre la Maison », avertit David Leutwyler, qui souhaite rappeler les obligations de tous les participants. La Maison des religions constitue le cœur architectural et culturel du Centre « Place de l’Europe », situé au carrefour du même nom. Cependant, seule une partie de la surface totale de plancher de 30 000 m2 sera utilisée. Le complexe proposé par les architectes bernois de Bauart AG et le bureau Urbanoffice d’Amsterdam accueillera également des surfaces dédiées au commerce de détail, à la gastronomie et à l'usage administratif, ainsi que 88 logements. « Non seulement des arguments économiques, mais aussi le fait que nous nous trouvons au cœur de la société plaident pour une telle utilisation des moyens mis à disposition.» David Leutwyler fait ainsi référence à une exigence d'une étude d’image réalisée pour Berne Bümpliz et présentée par le service d’urbanisme de Berne en 1998. « A l’époque, afin de valoriser ce quartier, l’auteur Christian Jaquet recommandait aux communautés religieuses de la population immigrée d’abandonner leurs lieux de culte improvisés dans les caves et les arrière-cours pour se rencontrer dans une maison des cultures et des religions. » C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Christian Jaquet compte parmi les porteurs visionnaires du projet de la Maison des religions et de sa fonction sociale et d’intégration.

Exigences écologiques

En harmonie avec la clairvoyance des initiateurs du projet, le maître d’ouvrage a misé sur le développement durable lors de la planification. En respectant par exemple les standards MINERGIE® pour les exigences énergétiques de l’enveloppe du bâtiment. « Une façade ventilée efficiente a notamment été choisie », explique Stefan Kesselring, suppléant du chef de projet chez Ediltecnica AG, responsable de la coordination générale de l’enveloppe du bâtiment. Afin de limiter le plus possible les pertes de chaleur, des consoles sans pont thermique ont été installées aux endroits comportant un nombre particulièrement important de points de contact. Grâce à leur effet isolant élevé pour une épaisseur faible, les matériaux isolants très efficaces PB F 032 et ISOLENE P 032 de Saint-Gobain ISOVER contribuent de manière décisive à doter l’ensemble du bâtiment de la plus grande finesse possible. « La construction choisie permet en outre une déconstruction qui répond à la fois aux besoins écologiques et économiques », indique Stefan Kesselring à propos de la conception de l’enveloppe du bâtiment.

 

Une planification complexe

L’équipe d’Ediltecnica AG a dû sortir des sentiers battus, car les éléments prévus en Eternit pour le revêtement ont dû être placés en premier. Il a fallu ensuite adapter l’ensemble du processus de planification selon leur forme et leurs propriétés. « La structure à trous prévue à l’époque pour des raisons esthétiques a quasiment nécessité un renversement des étapes de planification, car les profils servant à leur montage devaient être installés précisément aux endroits définis à côté des trous », raconte Stefan Kesselring. D’où une influence directe sur la mise en place de la sous-structure et pour finir, sur l’agencement de la structure porteuse constituée d’éléments en béton vissés. « Résultat : nos planifications détaillées portant sur la construction des façades ont même défini la position des ouvertures de fenêtres », affirme Stefan Kesselring non sans fierté professionnelle.

Une logistique exigeante

L’organisation des éléments en Eternit ne passe pas inaperçue car leur masse est différente et leur motif paraît irrégulier. Ils sautent également aux yeux de par la nature de leur surface : « certains éléments de façade présentent une structure textile gaufrée. C’est la première fois qu’Eternit l’a fabriquée dans une telle quantité », précise Stefan Kesselring, très satisfait de l’ensemble de la mise en œuvre. Il est vraiment étonnant de voir comment la construction a fonctionné au millimètre près sur les dix étages malgré la méthode inhabituelle; même au niveau de la pose des éléments et portes en verre de plusieurs tonnes dans la Maison des religions. La livraison des matériaux de construction a d’ailleurs été un casse-tête. « A cause de l’espace réduit entre la rue, l’autoroute et la ligne ferroviaire, la livraison des 1083 m3 de matériaux ISOVER a représenté pour nous un défi logistique », explique le suppléant du chef de projet, qui a dû réserver en ligne à l’avance des créneaux horaires pour utiliser l’emplacement de livraison, la grue et l’élévateur de charge. « Bien sûr, cela nécessitait une livraison très précise de la part de Saint-Gobain ISOVER SA. Tout ayant toujours bien fonctionné, il n’y a jamais vraiment eu de problème », indique-t-il avec beaucoup de compliments.

Plusieurs formes de prestations individuelles

Un travail sur mesure a également été demandé aux artisans chargés de l’aménagement intérieur. Alors que l’on posait les dernières poignées de porte dans les appartements, que l’on réalisait les ultimes installations électriques, et que certaines unités étaient déjà débarrassées de la poussière de chantier par le personnel de nettoyage, des mains diligentes s’activaient encore dans la Maison des religions après l’heure de fermeture. « Chaque communauté religieuse est responsable de l’aménagement des salles utilisées individuellement. Dans le temple hindou, dix bâtisseurs travaillent depuis trois mois sur les coûteux reliquaires », commente David Leutwyler en faisant le tour de la vaste structure. « En parlant avec les ouvriers et les artisans, on se rend compte que ce chantier est particulier. Un jeune homme ne voulait pas me croire lorsque je lui ai dit que des salles de prière contigües seraient créées ici pour les musulmans et les chrétiens ». David Leutwyler sourit en racontant les anecdotes. « Un autre était visiblement fier en prenant conscience qu’il construisait un mur pour une mosquée. » Tous  ceux qui ont lutté et travaillé pendant des années pour la réalisation de ce rêve peuvent être fiers. La Maison des religions est devenue réalité et ne relève plus du miracle.