Case Study

«Im Stückler» Un havre de paix dans un quartier qui bouge

Architect
Adrian Streich Architekten AG, Zurich
Project manager
Baugenossenschaft Halde Zürich

Après la Seconde Guerre mondiale, l’habitat coopératif s’est fortement développé à Zurich. Beaucoup de ces constructions doivent aujourd’hui être rénovées ou remplacées en raison de leur âge. C’est notamment le cas de l’ensemble «Im Stückler», à Zurich-Altstetten, qui est reconstruit et densifié en prenant un caractère urbain. Signe particulier: une façade de briques rouges faisant partie d’un mur double avec isolation intermédiaire ISOVER.

Le quartier zurichois d’Altstetten est en plein boom. Partout on rénove, reconstruit, densifie. Ces lieux qui présentaient souvent un caractère presque rural évoluent depuis quelques années vers des structures plus urbaines. En témoigne la future ligne de tram de la vallée de la Limmat (Limmattalbahn). Cette nouvelle liaison entre Zurich-Altstetten et Killwangen (Argovie) fera de la gare d’Altstetten un nœud de communication majeur, en contribuant à la renaissance du quartier.
La Dachslernstrasse présente une autre vitrine du changement à Altstetten. La coopérative d’habitation Halde (Baugenossenschaft Halde) a entrepris d’y reconstruire son ensemble «Im Stückler», vieux de plus de soixante ans. Ce complexe a été édifié entre 1948 et 1954 dans la tradition des cités-jardins. Sa structure, marquée par l’empreinte de l’urbaniste municipal zurichois Albert Heinrich Steiner, combinait les avantages de la vie urbaine et rurale. Bien que situés près de la ville, les bâtiments – placés en biais par rapport à la rue – étaient entièrement entourés de généreux espaces verts.

La densification, oui, mais avec une bonne qualité de vie
Etant donné la pénurie de logements et la croissance démographique que connaît Zurich, les espaces verts sont très convoités car ils pourraient offrir beaucoup de place pour accroître l’utilisation des sols, en créant des habitations dont on a urgemment besoin. Mais les architectes du bureau Adrian Streich Architekten AG savaient dès le départ que les occupants de l’ensemble «Im Stückler» ne voudraient pas d’une densification radicale. «Il faut densifier, mais en offrant aux habitants quelque chose en échange», explique l’architecte responsable Tobias Lindenmann. Ce «quelque chose» a consisté ici en une conception très soigneuse des espaces verts et zones non construites, pour laquelle on a fait appel aux architectes paysagistes de Schmid Landschaftsarchitekten GmbH. Les trois immeubles allongés, en «L», sont disposés de manière à former deux cours intérieures publiques semblables à des parcs. Le complexe est entouré par une route sans voiture qui sert de lieu de rencontre et ouvre l’ensemble vers la ville. Les architectes sont parvenus ainsi à créer plus de surfaces habitables tout en conservant des espaces verts et zones libres de grande qualité. Là où se trouvaient auparavant 16 blocs regroupant 177 appartements, vont se dresser trois immeubles totalisant 274 logements.

Vivre ensemble plutôt que les uns à côté des autres
Le nouveau caractère urbain est également renforcé par la future utilisation des rez-de-chaussée. Le projet prévoit une garderie d’enfants, une antenne Spitex (centre d’aide et soins à domicile), des salles communes et locaux de bricolage ainsi que des ateliers – autant de zones de rencontre. Ces commodités, jointes aux appartements plus vastes, doivent notamment attirer des familles, qui amèneront un nouveau souffle dans le quartier. Les architectes ont beaucoup réfléchi à la manière de favoriser le «vivre ensemble» plutôt que le «vivre les uns à côté des autres». Ainsi c’est à dessein que depuis le garage souterrain on ne puisse pas arriver directement dans la cage d’escalier mais qu’on doive passer par la cour, explique Tobias Lindenmann.

Un mur double aux nombreux atouts
Les façades côté rue, revêtues de briques rouges (klinkers), apportent un nouvel élan sur le plan esthétique. La brique de terre cuite jouit d’une longue tradition à Altstetten, où ce matériau habille notamment l’abattoir municipal et les ateliers CFF.
Le choix pour l’ensemble «Im Stückler» a porté sur une construction avec mur double. Les façades sont bâties en trois couches: la couche extérieure en briques hollandaises assure la protection contre le vent et les intempéries, l’isolation intermédiaire de type ISOVER PB F 032 régule la température et la couche intérieure en briques porte le bâtiment. Cette structure de mur garantit un climat intérieur agréable.
Le fait que dans les murs doubles le mur intérieur soit porteur a pour conséquence de réduire la distance de portée, ce qui permet également de diminuer l’épaisseur des dalles. L’architecte Tobias Lindenmann estime qu’on économise par ce biais près de 900 m3 de béton, soit le chargement de plus de 120 camions. On abaisse ainsi nettement la part d’énergie grise (l’énergie nécessaire pour la fabrication, le transport, le stockage et l’élimination du matériau de construction) et ceci malgré la présence d’un mur double.

Un souci de durabilité
Les murs doubles se distinguent par leur durée de vie très élevée allant de 80 à 100 ans – alors qu’une façade avec isolation extérieure crépie doit être rénovée en moyenne après vingt ans. C’est pourquoi il est particulièrement important que l’isolation mise en œuvre dans l’ensemble «Im Stückler» se démarque, elle aussi, par sa résistance et sa longévité. Les isolants en laine de verre ISOVER PB F 032 choisis pour le projet, fabriqués en Suisse romande dans l’usine de Lucens (VD), remplissent parfaitement ces exigences. Grâce à leurs performances d’isolation exceptionnelles, ils permettent en outre d’atteindre les prescriptions très sévères du standard Minergie-P. Comme la brique, la laine de verre de Saint-Gobain ISOVER SA est fabriquée à base de matériaux minéraux, en ne nécessitant aucun additif chimique. Elle protège donc de manière naturelle contre la chaleur, le bruit et l’incendie. Les deux matériaux de construction sont produits en Suisse, ce qui accroît encore le caractère «durable» du projet.
Dans un quartier d’Altstetten en pleine métamorphose, les architectes de l’ensemble «Im Stückler» misent donc sur la longévité et les principes du développement durable. Ainsi va naître un havre de paix attrayant et moderne, qui survivra – quoi qu’il arrive – jusqu’au siècle prochain.