Case Study

Aquabasilea : un complexe de la plus belle eau

A un jet de pierre de l’antique «Augusta Raurica» sera inauguré en mars 2010 le plus grand parc de loisirs aquatiques de Suisse. Outre ses installations balnéaires et sportives, le complexe Aquabasilea comprend un hôtel, des surfaces commerciales et un immeuble de bureaux. Ce projet novateur, d’un coût total de 230 millions de francs, se distingue par son efficacité énergétique – obtenue notamment grâce à une isolation hautes performances signée Saint-Gobain ISOVER SA.

Au 1er siècle ap. J.-C., barboter ensemble dans l’eau chaude des bains publics jouait déjà un rôle central dans la vie sociale des Romains, et la visite aux thermes faisait partie de l’emploi du temps ordinaire de tout un chacun. Le fait que le nouveau complexe d’Aquabasilea se trouve à proximité de thermes antiques est certes un hasard – la recherche du lieu idéal a duré en effet presque dix ans. Mais l’immense variété d’activités qui s’offriront à partir de mars 2010 aux familles, aux hommes d’affaires et à tous les adeptes des loisirs auraient sans doute étonné plus d’une noble dame romaine et plus d’un empereur.

Une coupole impressionnante

L’élément central de ce complexe est constitué par le parc aquatique proprement dit, d’une superficie de 13 000 mètres carrés, soit deux terrains de football. Il est couvert par une imposante coupole en bois. L’anneau constituant le faîte, au centre du toit, pèse à lui seul 36 tonnes, ce qui en fait le plus grand du genre dans le monde; les poutres qui s’en détachent en étoile mesurent jusqu’à 40 mètres de longueur. Sous la protection de cette toiture impressionnante, les amateurs d’aventures – grands et petits – trouveront de quoi étancher leur soif avec un ruisseau sauvage, une piscine agitée par des vagues ainsi que d’innombrables toboggans à eau aux couleurs variées disposés dans la vaste halle et l’espace extérieur. Les fanatiques d’action opteront pour le toboggan «Free Fall», long de 16 mètres, ou le toboggan «Black Hole», noir comme de l’encre. Dans un registre plus reposant, les visiteurs pourront aussi se délasser dans divers lieux de détente, comme le lac avec grotte. Sans parler des aires de relaxation et de massage, du bar-piscine, du sauna, du spa – et du centre de fitness tout proche, pour ceux qui veulent entretenir leur forme et leur envie de mouvement.

Tout en un

Aquabasilea n’est pas seulement un parc aquatique. Ce complexe exemplaire regroupe également des espaces destinés au travail, au sommeil et aux loisirs en tous genres. Autour des bains se trouvent un hôtel, des locaux destinés aux sociétés de service et des espaces de bureaux. Tous ces secteurs profiteront de la palette de loisirs offerte à proximité immédiate – et inversement. Le «Courtyard by Marriott Hotel», les surfaces commerciales et les cabinets médicaux situés dans le bâtiment principal accueilleront les visiteurs à leur arrivée dans ce monde de rêve, en leur offrant des concepts spatiaux tout à fait inédits, comme le hall de l’hôtel sur plusieurs étages. Les employés des firmes occupant l’immeuble de bureaux, une tour ronde haute de 45 mètres, bénéficieront eux aussi d’un cadre de travail exceptionnel, avec des locaux lumineux aux parois extérieures arrondies. Ils jouiront d’une magnifique vue sur les croupes du Jura toutes proches, sur les contreforts de la Forêt-Noire et sur les cimes lointaines des Vosges – tout en sachant que la détente après le travail se trouve littéralement à leurs pieds.

Un langage architectural varié

L’aménagement des différents secteurs du complexe Aquabasilea montre clairement que l’architecte, le professeur Dr Justus Dahinden, est particulièrement attentif à l’effet qu’exercera l’agencement intérieur sur le comportement et l’état d’esprit des futurs occupants. De par son utilisation différente, chaque zone pose d’autres exigences en matière de fonctionnalité; c’est pourquoi elle adopte également un autre langage formel. L’architecte est ainsi parvenu à ce que les visiteurs d’un jour se sentent aussi à l’aise dans ces bâtiments que ceux qui y travaillent.

Une isolation performante

Les hautes exigences ne se limitaient pas à l’aspect architectural; les concepteurs ont dû également accorder la priorité à des aspects comme le souci du développement durable et l’efficacité énergétique. Ils y sont parvenus grâce à une enveloppe de bâtiment soigneusement étudiée. Saint-Gobain ISOVER SA s’est vu confier avec l’entreprise Rytz Industriebau la réalisation d’environ 6500 mètres carrés de façades ventilées et 1200 mètres carrés de surfaces de toit, notamment au niveau de l’hôtel et de l’immeuble de bureaux. La longue expérience des deux firmes et leur excellente collaboration ont assuré une conception parfaitement concertée ainsi qu’une mise en œuvre efficace et sans reproche. La tour abritant les bureaux, exposée aux vents et aux intempéries, a posé les exigences les plus élevées concernant les matériaux, qui doivent pouvoir résister à d’importantes variations de températures ainsi qu’à des mouvements. Les deux firmes ont également dû prendre en compte le profil arrondi de la construction pour choisir le produit d’isolation et les cassettes extérieures.

Pour simplifier le montage et supprimer les étapes de travail inutiles, ISOVER a livré une partie de ses isolants dans des largeurs de rouleaux spécialement découpées à cet effet. Un exemple parmi d’autres des mesures qui ont permis de mener à bien cet énorme chantier dans un laps de temps assez court. Sous l’égide de l’entreprise générale Marazzi, tous les «rouages» de ce projet complexe ont parfaitement engrené et Aquabasilea a pu être achevé dans les délais et le respect du cahier des charges.

Un approvisionnement énergétique novateur

Même avec une enveloppe de bâtiment présentant une excellente efficacité énergétique, les besoins en énergie d’Aquabasilea restent considérables. Le parc aquatique exige à lui seul de traiter et de chauffer d’énormes quantités d’eau – sans parler de la climatisation de ces espaces surdimensionnés. Le Credit Suisse, maître de l’ouvrage, prévoit des besoins en chaleur pour tout le complexe s’élevant à 10 à 11 MWh par an, dont plus de 80% pour les installations aquatiques. Malgré ces exigences hors norme, les concepteurs sont parvenus à assurer un approvisionnement énergétique conforme au développement durable et soucieux de l’environnement. Près de 85% des besoins seront couverts par l’utilisation de la chaleur perdue produite par l’usine chimique du groupe SI située à proximité immédiate. A cela s’ajouteront des énergies renouvelables comme le photovoltaïque. Ces mesures permettront d’économiser chaque année environ 900 000 litres de pétrole! Aquabasilea n’utilisera donc – c’est là la véritable innovation – quasiment aucune source d’énergie classique.

Cette prouesse a été rendue possible grâce à la signature d’un contrat énergétique de plusieurs années entre les prestataires de service régionaux IWB et EBL, le groupe SI et Aquabasilea – un accord dont tous les partenaires profitent. IWB et EBL garantissent, grâce à leurs investissements et à leurs installations, que le complexe bénéficiera de suffisamment d’énergie de chauffage. Le groupe SI et Aquabasilea s’engagent respectivement à livrer et à consommer cette énergie, et ils bénéficient en échange de prix fixés à long terme – ce qui permet de calculer les coûts sur plusieurs années avec précision. Grâce à la durée du contrat dépassant 20 ans, IWB et EBL sont assurées d’amortir leurs investissements s’élevant à environ 5 millions de francs.

Quand écologie rime avec économies

Saint-Gobain ISOVER SA est d’avis qu’il vaut toujours la peine de privilégier un mode de pensée à long terme. Sur l’ensemble du cycle de vie d’un bâtiment, l’achat du terrain et la construction représentent environ un quart des coûts, les trois autres quarts étant constitués par les frais d’entretien, de fonctionnement et de démolition. Il est donc tout à fait judicieux, dès le stade de la conception et du choix des matériaux, de prendre garde à optimiser le futur fonctionnement du bâtiment. Un léger accroissement des coûts de construction peut être plus que compensé par la baisse des frais d’entretien. De plus, c’est tout bénéfice pour l’environnement!

Des isolants ISOVER à base de verre recyclé

Les isolants ISOVER démontrent par eux-mêmes que l’écologie et les économies ne sont pas incompatibles, bien au contraire: en se souciant de l’environnement, il est possible de diminuer les coûts. La laine de verre ISOVER utilise comme matière première plus de 85% de verre recyclé. Ces «déchets» remplacent les ressources naturelles; il n’y a pas besoin de les extraire par des techniques complexes et ils sont disponibles à proximité, ce qui réduit les transports et les coûts. Autre avantage pour la production de matériaux isolants en laine de verre: le verre recyclé peut être fondu à une température inférieure – avec pour corollaire une diminution des rejets de CO2 et de la consommation d’énergie. Pour le transport depuis l’usine de Lucens, dans le canton de Vaud, les isolants en laine de verre sont comprimés. Grâce à ce processus, il est possible de charger cinq fois plus d’isolants dans un wagon ou un camion – en diminuant en conséquence la charge sur l’environnement et les frais de transport. Les isolants hautes performances ISOVER entraînent également des économies grâce à leur poids réduit, qui permet d’opter pour des modes de construction légers exigeant moins de matériaux.