Un engagement aux multiples facettes V2

Engagements ISOVER

Un engagement aux multiples facettes

Participation aux organisations professionnelles, amélioration des standards ou encore action en faveur de la transition énergétique… L’engagement sociétal de Saint-Gobain ISOVER prend de nombreuses formes différentes. Dont celle d’un partenariat de longue date avec la Haute école spécialisée bernoise, véritable moteur d’avancées scientifiques déterminantes, ensuite intégrées par l’entreprise dans le développement de ses produits.

Pour Saint-Gobain ISOVER, assumer ses responsabilités en tant qu’entreprise est une évidence. Que ce soit en développant des produits faisant référence sur le plan technique mais aussi et surtout en termes de bilan environnemental. En agissant en employeur durable et en pourvoyeur d’emplois indispensable pour la commune vaudoise de Lucens – son site d’implantation historique – et ses 3500 habitants. En œuvrant pour la formation continue par le biais du Centre Professionnel ISOVER (CPI), une plateforme aujourd’hui bien établie. Mais également, même si son implication dans ce domaine est nettement moins visible, en s’engageant sur le plan sociétal sous de multiples formes.

Recherche appliquée : une solution gagnant-gagnant

Saint-Gobain ISOVER coopère avec l’Institut de la Construction bois de la Haute spécialisée bernoise depuis plusieurs années déjà. L’entreprise est le partenaire industriel de divers projets de recherche. « Les partenaires comme ISOVER nous apportent des aides financières, du matériel, un accès à de vrais projets de construction, mais surtout un savoir-faire qui fait défaut aux scientifiques que nous sommes », explique Christoph Geyer, responsable suppléant du domaine de compétences Protection incendie et Physique du bâtiment de l’institut. Et d’ajouter : « Cette relation étroite avec l’économie garantit en outre une recherche en phase avec les besoins du terrain. »

un-engagement-aux-multiples-facettes

Un projet de recherche consacré à la rénovation durable des bâtiments de valeur historique a, par exemple, abouti en 2013 à l’élaboration d’un catalogue d’éléments de construction contenant des recommandations concrètes sur l’application de différentes techniques d’isolation et sur la prévention des ponts thermiques. Ce projet visait notamment à trouver des solutions d’isolation thermique intérieure qui résistent à l’épreuve du temps. En 2017, ISOVER a ainsi pu, grâce à des mesures réalisées dans un bâtiment assaini, obtenir de précieuses informations sur la teneur en humidité d’éléments de construction précisément isolés par l’intérieur. « Nos produits de laine de verre se sont très bien comportés », se réjouit Martin Bohnenblust. Et Christoph Geyer de souligner : « Effectivement, l’isolation n’a subi aucun dommage notable malgré des effets d’humidité par ailleurs importants. » Les travaux de recherche se poursuivent et les isolants sont inspectés à intervalles réguliers.

Un projet de recherche consacré à la rénovation durable des bâtiments de valeur historique a, par exemple, abouti en 2013 à l’élaboration d’un catalogue d’éléments de construction contenant des recommandations concrètes sur l’application de différentes techniques d’isolation et sur la prévention des ponts thermiques. Ce projet visait notamment à trouver des solutions d’isolation thermique intérieure qui résistent à l’épreuve du temps. En 2017, ISOVER a ainsi pu, grâce à des mesures réalisées dans un bâtiment assaini, obtenir de précieuses informations sur la teneur en humidité d’éléments de construction précisément isolés par l’intérieur. « Nos produits de laine de verre se sont très bien comportés », se réjouit Martin Bohnenblust. Et Christoph Geyer de souligner : « Effectivement, l’isolation n’a subi aucun dommage notable malgré des effets d’humidité par ailleurs importants. » Les travaux de recherche se poursuivent et les isolants sont inspectés à intervalles réguliers.
un-engagement-aux-multiples-facettes

 

Promotion de la construction durable

Saint-Gobain ISOVER contribue aussi à l’amélioration des standards en matière d’isolation durable à travers sa participation à de nombreux organes spécialisés, associations sectorielles et autres organisations commerciales. L’entreprise est représentée par des collaborateurs au sein de plusieurs commissions spécialisées. Par exemple au sein des commissions SIA 180 (protection thermique, protection contre l’humidité et climat intérieur dans les bâtiments) et SIA 279 (matériaux de construction isolants) de la Société suisse des ingénieurs et des architectes (SIA). Ou encore au sein de la commission technique Façades de l’association Enveloppe des édifices Suisse, qui élabore des fiches techniques et des recommandations avant de les mettre à la disposition de toute la branche. Cette forme d’engagement fait elle aussi progresser le secteur dans son ensemble et la qualité de la construction en Suisse.

Soutien de la Stratégie énergétique 2050

Jean-Pierre Bangerter, CEO d’ISOVER, est convaincu de l’utilité sociétale de ces actions : « Le secteur suisse du bâtiment est largement interconnecté. Il fait beaucoup pour le développement de standards modernes et de technologies respectueuses de l’environnement. Nous devons participer à cet effort collectif. » À regarder son implication dans la campagne de votation sur la Stratégie énergétique 2050, le chef d’entreprise pense bel et bien ce qu’il dit. En tant que membre d’AEE SUISSE, l’organisation faîtière de l’économie des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, ISOVER a en effet pris fait et cause pour un avenir énergétique renouvelable et efficient. Avec le succès que l’on sait : le 17 mai 2017, le peuple a voté en faveur de la stratégie en question. « Nous avons besoin d’entreprises comme ISOVER, qui s’engagent activement sur le sujet. Ce n’est que comme cela que la transition énergétique réussira », commente Gianni Operto, président d’AEE SUISSE.

Recherche appliquée : une solution gagnant-gagnant

Saint-Gobain ISOVER coopère avec l’Institut de la Construction bois de la Haute spécialisée bernoise depuis plusieurs années déjà. L’entreprise est le partenaire industriel de divers projets de recherche. « Les partenaires comme ISOVER nous apportent des aides financières, du matériel, un accès à de vrais projets de construction, mais surtout un savoir-faire qui fait défaut aux scientifiques que nous sommes », explique Christoph Geyer, responsable suppléant du domaine de compétences Protection incendie et Physique du bâtiment de l’institut. Et d’ajouter : « Cette relation étroite avec l’économie garantit en outre une recherche en phase avec les besoins du terrain. »

un-engagement-aux-multiples-facettes

Une situation profitable aux deux parties, comme le confirme Martin Bohnenblust, responsable Technique d’application chez ISOVER : « Les résultats des mesures réalisées dans le cadre des projets de recherche nous servent à développer nos produits et à optimiser le conseil que nous fournissons à nos clients. » Parce que les choses marchent décidément dans les deux sens, le responsable transmet ses propres connaissances en enseignant sur le site biennois de la Haute école spécialisée bernoise ainsi qu’en formation continue à Fribourg. Récemment, un étudiant a même eu la possibilité de passer quelques jours au sein de l’usine ISOVER de Lucens afin d’effectuer des recherches pour son travail de diplôme.

Un projet de recherche consacré à la rénovation durable des bâtiments de valeur historique a, par exemple, abouti en 2013 à l’élaboration d’un catalogue d’éléments de construction contenant des recommandations concrètes sur l’application de différentes techniques d’isolation et sur la prévention des ponts thermiques. Ce projet visait notamment à trouver des solutions d’isolation thermique intérieure qui résistent à l’épreuve du temps. En 2017, ISOVER a ainsi pu, grâce à des mesures réalisées dans un bâtiment assaini, obtenir de précieuses informations sur la teneur en humidité d’éléments de construction précisément isolés par l’intérieur. « Nos produits de laine de verre se sont très bien comportés », se réjouit Martin Bohnenblust. Et Christoph Geyer de souligner : « Effectivement, l’isolation n’a subi aucun dommage notable malgré des effets d’humidité par ailleurs importants. » Les travaux de recherche se poursuivent et les isolants sont inspectés à intervalles réguliers.