Un four flambant neuf
22 / 08 / 2016
Reconstruction four 2016
Saint-Gobain ISOVER SA investit dans les infrastructures de son usine de Lucens. Après 10 ans de bons et loyaux services, l’ancien four vient d’être complètement rénové puis remis en fonction mi-août. Un mois de travail a permis de remettre à niveau l’installation qui est au cœur du processus de fabrication de produits en laine de verre, la compétence clé de Saint-Gobain ISOVER SA.

Depuis près de 80 ans, Saint-Gobain ISOVER SA produit des isolants à hautes performances en laine de verre. Pour maintenir ce niveau de qualité et de sécurité, l’entreprise dispose d’infrastructures de production performantes.
 
Saint-Gobain ISOVER SA s'engage depuis des décennies pour l’écologie comme par exemple avec l’utilisation de courant vert pour la fusion du verre et améliore en continu son outil de production qui a permis 10% d’économies d’énergies en 10 ans. La dernière rénovation du four datait de 2006. Les travaux réalisés démontrent du soin et de l’intérêt pour des produits «Swiss made» durables et de qualité, destinés au marché suisse. «Saint-Gobain témoigne, en investissant dans la rénovation de ses infrastructures, sa confiance envers sa filiale suisse» se réjouit Jérôme Saulnier, directeur technique de l'usine de Lucens.
 
90 tonnes de verre vidangées
Une centaine de personnes ont été actives sur le chantier de rénovation du four mis à l’arrêt pendant un mois pour permettre les travaux. Les équipes se sont relayées six jours sur sept, 24 heures sur 24, afin de mener à bien ce projet de rénovation qui aura coûté au final près de 3 millions de francs. «C’est le plus grand chantier de rénovation sur site depuis 10 ans» témoigne Jean-François Burgdorfer, responsable des travaux neufs de Saint-Gobain ISOVER SA.
 
Près de 170 tonnes de réfractaires ont été changées. Ces pièces maîtresses d’une haute résistance à la chaleur sont les garde-fous du four à l’intérieur desquelles coule le verre en fusion à une température de 1450 degrés. 90 tonnes de verre en fusion ont également été vidangées. Plus communément appelé «calcin», il a été stocké dans un silo situé dans l’usine et a pu ensuite être refondu dans le processus de fabrication de laine de verre, évitant ainsi tout gaspillage.
 
En tout, quatre étapes principales ont rythmé le projet. Il a d’abord fallu vidanger le four, puis le déconstruire et le reconstruire. Enfin l’attrempage a pu être réalisé, neuf jours durant lesquels le four a été réchauffé progressivement afin d’éviter les trop grandes variations thermiques et finalement atteindre les 1450 degrés.

Contact
Christa Baisotti se tient volontiers à votre disposition pour toute question:
ou par téléphone au 021 906 02 72.
 
Download  
Légendes d’image
 
Four 1
Un ouvrier contrôle la chaleur du verre en fusion au moyen d’une caméra thermique lors de la vidange du four.
  
Four 2
Les réfractaires sont démontés pour être remplacés par des pièces neuves.
    
Four 3
Tenue de sécurité maximum pour les ouvriers situés à côté du four où la chaleur est intense lors de la "coulée".
   
Four 4
Le verre en fusion doit rester à une température d'environ 1200 degrés.
   
Four Les parrains 2016
Les parrains 2016 devant le nouveau four: Charles-André Bolomey (à gauche), ancien Directeur de l'usine Lucens, 6ème construction de four et Jean-François Burgdorfer, Responsable Travaux Neufs, 5ème construction de four